Parler c’est laisser cette longue et lointaine parole traverser celui qui parle. C’est avec ses propres mots, ses propres images, ses propres rythmes qu’Alain Le Goff parle de ce qui l’entoure. "La légende de la ville d’Ys", "Tristan et Yseult" ou "les légendes de la Mort", il n’en est que le « passeur » et une fois que vous l’aurez entendu vous le reconnaîtrez facilement. S’il vous fallait d’autres signes d’évidence, l’arrondi du geste et les rides du rire en sont, la moustache et les lunettes de métal aussi.

Site web