Imaginez la section rythmique de Led Zeppelin accompagnant Django Reinhardt sous amphétamines et Georges Brassens sortant d’un atelier blues à Memphis, vous aurez un aperçu de la musique de Birdfood. Chants possédés, trois guitares incontrôlables, une basse qui ne l’est pas moins et une batterie qui frappe sa caisse claire comme si cette dernière lui avait volé son Iphone, Birdfood fait du jazz comme Chuck Norris négocie son prêt bancaire, avec les poings. Depuis plus de cinq ans, le quintet Nantais écume les scènes et les festivals (Pay ta Tong, Muses en Troc, Terre de Zik) et convainc autant les amateurs de jazz manouche, de chanson française ou de compositions alambiquées. Après un premier EP prometteur, le groupe fait les choses en grand et sort enfin son album.

Facebook

Site Web