Fantazio collectionne les appellations contrôlées : musicien, comédien, auteur-compositeur-interprète, improvisateur, histrion, trublion, poil à gratter… Des appellations forcément réductrices qui laissent de côté la profondeur du personnage pour ne mettre en avant que sa fantaisie. Alors qu'il y a du fond chez le contrebassiste-chanteur. Engagé et engageant, il poursuit une démarche on ne peut plus cohérente : créer du lien et de la poésie " live ". Fêtes forcément inattendues, ses concerts se présentent comme de grands barnums improvisés. Punk de culture, pas forcément jazz, pas franchement chanson, Fantazio a su trouver comment magnifier l'art de l'à-peu-près, étonner son monde et susciter des rencontres-choc placées sous le signe de l'instinct. D'autant qu'il marche au coup de cœur, de ses consoeurs Joëlle Léandre ou Sarah Murcia à l'accordéoniste René Lacaille, en passant par Akosh S, Rodolphe Burger, Camille Boitel, Jean-Yves Ruff, les Indens déjantés d'Indus Bandits ou le Quatuor Bela, sans oublier son propre Gang. Lauréat de l'Académie de France à Rome – la Villa Médicis, où il a été pensionnaire en 2016 en catégorie musique, la création Lullaby Péplum avec Théo Ceccaldi sera le premier nouveau projet de son retour en France.

Site Web

Facebook